rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le pape quitte Lima après une tournée au Chili et au Pérou
  • France/Prisons: la ministre de la Justice recevra lundi 22 janvier les organisations syndicales (communiqué)
  • Foot: Lyon inflige à Paris sa 2e défaite de la saison en Ligue 1 lors de la 22e journée (2-1, buts de Fekir et Depay contre un but Kurzawa)
  • Mahmoud Abbas va demander à l'UE de reconnaître l'Etat de Palestine (responsable palestinien)
  • CHAN 2018: le Maroc termine en tête du groupe A après son match nul face au Soudan (0-0), qui se classe 2e

Colombie Terrorisme France

Publié le • Modifié le

Explosion à Bogota: trois personnes tuées dont une jeune Française

media
Plusieurs personnes sont été tuées, dont une jeune Française, lors de l'explosion d'une bombe dans les toilettes d'un centre commercial dans la capitale colombienne, samedi 17 juin en fin d'après-midi. REUTERS/Jaime Saldarriaga

Le centre commercial CC Andino était bondé hier à Bogota en cette veille de fête des Pères. C'est là, dans les toilettes des femmes au 2e étage qu'une bombe a explosé. Trois personnes ont été tuées dont une jeune Française de 23 ans. L'explosion a également fait 9 blessés. Le président colombien Juan Manuel Santos a aussitôt condamné cet attentat et ordonné l'ouverture d'une enquête.


Selon les premiers éléments communiqués par la police, l'explosion s'est produite vers 17H00 locales (22H00 GMT) dans les toilettes des femmes du centre commercial CC Andino, situé dans une zone très fréquentée de la capitale colombienne.

Les victimes sont trois jeunes femmes selon les premières informations, dont une jeune Française venue en Colombie pour « fournir un service social dans un collège d'un quartier populaire de Bogota durant six mois », a indiqué le maire de la capitale, Enrique Peñalosa dans un point presse. La jeune femme était accompagnée de sa mère, selon l'ambassadeur de France en Colombie.

Neuf personnes ont également été blessées dont une autre Française. La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête de flagrance pour « assassinats et tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste », procédure classique en pareille situation.

Le président colombien Juan Manuel Santos a condamné l'attentat, s'est rendu sur place et a ordonné au chef de la police nationale, le général Jorge Nieto, d'ouvrir une enquête. Le service de police de Bogota analyse les vidéos de surveillance du centre commercial.

Le maire de Bogota, Enrique Peñalosa, a indiqué qu'il ne pouvait dire encore « quel groupe pourrait être derrière cet attentat ». « Il n'y a pas encore d'indices clairs », a de son côté déclaré le président Santos.

A qui profite l'attentat ?

L'attentat visait des civils, un samedi, alors que les Colombiens faisaient leur courses en perspective d'un long week-end, le lundi étant un jour férié. 

Des rumeurs ont mis en cause l'ELN, l'Armée de libération nationale qui a rapidement et fermement condamné l'attentat, condamnant les attaques contre les civils et faisant part de sa solidarité avec les victimes, rapporte notre correspondante en Colombie, Najet Benrabaa.  Ce groupe de guérilla en actuellement en discussion avec le gouvernement à Quito, en Equateur, pour négocier un accord de paix comme celui des Farc, finalisé en novembre dernier.

En février dernier, l'ELN avait revendiqué un attentat dans la capitale qui avait fait un mort et des blessés. Il visait une patrouille de police spécialisée dans la répression des manifestations.

Sur Twitter encore, le chef des FARC, Rodrigo Londoño, alias « Timochenko », a lui aussi déploré l’attentat et exprimé sa solidatité avec les victimes.

Le président Santos a lui condamné « ceux qui tentent de dérailler le processus de paix ». Ils « n’auront pas gain de cause », a assuré le président colombien. « Vous pouvez être sur les auteurs seront poursuivis sans relâche. Nous avons l’expérience de mener ce type d’enquête et la ferme volonté de punir les auteurs. »

Des sources policières rapportent que le Clan del Golfo, un groupe d'anciens paramilitaires d'extrême-droite reconverti dans le narcotrafic avait proféré des menaces d'attaques.

la police et les enquêteurs ont investi le centre commercial CC Andino où a eu lieu l'explosion, samedi 17 juin, en fin de journée. REUTERS/Jaime Saldarriaga

Chronologie et chiffres clés