rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le pape quitte Lima après une tournée au Chili et au Pérou
  • France/Prisons: la ministre de la Justice recevra lundi 22 janvier les organisations syndicales (communiqué)
  • Foot: Lyon inflige à Paris sa 2e défaite de la saison en Ligue 1 lors de la 22e journée (2-1, buts de Fekir et Depay contre un but Kurzawa)
  • Mahmoud Abbas va demander à l'UE de reconnaître l'Etat de Palestine (responsable palestinien)
  • CHAN 2018: le Maroc termine en tête du groupe A après son match nul face au Soudan (0-0), qui se classe 2e

Brésil Michel Temer

Publié le • Modifié le

Brésil: le géant de la viande met de nouveau en cause Michel Temer

media
Le président brésilien Michel Temer a répliqué aux accusations en qualifiant Joesley Batista de «bandit notoire». REUTERS/Ueslei Marcelino

Au Brésil, le président Michel Temer est de nouveau mis en cause. Le patron du géant brésilien de la viande, JBS, l’accuse dans la presse de commander la «plus dangereuse organisation criminelle du pays».


Avec notre correspondant à Rio de Janeiro,  François Cardona

A chacune de ses déclarations désormais, Joesley Batista fait trembler le Brésil. Le chef d'entreprise avait déjà déclenché un séisme politique à la mi-mai en remettant aux autorités un enregistrement sonore dans lequel Michel Temer semblait donner son accord pour acheter le silence d'un ex-député aujourd'hui en prison. Ses révélations ont déjà conduit la Cour suprême à ouvrir une enquête contre Michel Temer pour corruption passive et entrave à la justice.

Le magnat de l’agroalimentaire, patron de la multinationale JBS, a décidé d’attaquer de front le président brésilien. Il a accordé une interview, sa première depuis son accord de collaboration avec la justice en échange d’une remise de peine, à l’hebdomadaire Epoca.

Joesley Batista y accuse de nouveau le président brésilien de lui avoir demandé de financer ses campagnes électorales, estimant que Michel Temer n’avait « pas beaucoup de pudeur pour parler d'argent ». Dans un communiqué, le président a immédiatement réagi, qualifiant Joesley Batista de « bandit notoire » et niant toutes ses accusations de corruption.

Le président brésilien a été absous par le tribunal électoral il y a une semaine. Il était accusé d’avoir financé sa campagne électorale de 2014, menée avec Dilma Rousseff aujourd’hui destituée, grâce à des pots-de-vin. Michel Temer est aujourd’hui pourtant plus que jamais en sursis.

Chronologie et chiffres clés