rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Colombie FARC

Publié le • Modifié le

Colombie: 44 milliards de dollars pour la paix avec les Farc

media
Des guérilleros des Farc débarquent le 4 février 2017 à Buenaventura pour se rendre dans une des zones de désarmement supervisées par l'ONU. LUIS ROBAYO / AFP

Alors que la Mission des Nations unies en Colombie, qui veille à la mise en œuvre de l'accord de paix, annonce que l'ex-guérilla a procédé au désarmement de 60% de son arsenal militaire, le ministère du Budget colombien estime à environ 44 milliards de dollars sur quinze ans le coût du processus du paix prévu par le plan avalisé en novembre 2016.


L’accord de paix, finalisé après quatre années de négociations menées à La Havane, comprend six volets : politique de développement agraire ; participation à la vie politique ; cessez-le-feu et désarmement (fin du conflit) ; lutte contre les drogues illicites ; réparation pour les victimes et justice transitionnelle ; garanties de mise en œuvre de l’accord finalement ratifié par le Congrès le 24 novembre 2016.

Réforme rurale

Le chantier le plus coûteux est celui de la réforme rurale, qui représentera une dépense de 37,4 milliards de dollars, soit 85 % du total, selon les chiffres présentés par le ministère colombien du Budget. C'est en outre un dossier épineux : rappelons que la guérilla des Farc est issue d'une révolte paysanne en 1964 et que son combat s'est nourri de la dureté du sort des petits paysans.

La réforme rurale inclut notamment la restitution de terres. trois millions d’hectares doivent être donnés aux paysans privés de terres, et des titres de propriété doivent être régularisés pour quelque 7 millions d'hectares. La réforme inclut aussi une assistance technique aux agriculteurs et des formations. Pour dynamiser les zones rurales, l’accord prévoit également la construction d’infrastructures (écoles, routes, centres de santé).

Stupéfiants

Le second point le plus onéreux de l'accord de paix concerne les drogues illicites, dont l'éradication et la substitution par d'autres cultures coûteront environ 2,8 milliards de dollars. La Colombie est le principal producteur de feuilles de coca, ingrédient de base de la cocaïne, avec 96 000 hectares, et aussi le plus grand producteur de cette drogue, avec 646 tonnes en 2015 selon l'ONU. Le gouvernement s'engage à réfléchir à cette question, non plus strictement sous l'angle répressif mais aussi celui de la santé publique.

Vie politique

La participation à la vie politique des Farc, appelées à se transformer en parti légal, représente quant à elle un coût de 1,45 milliard de dollars, via notamment l'établissement de mécanismes de protection pour les ex-rebelles exerçant en politique. Le parti qui sera créé recevra une aide financière de l'Etat pendant dix ans et des sièges seront réservés dans les deux chambres aux nouveaux élus.

Justice transitionnelle

Il faudra la même somme pour mettre en place des mécanismes garantissant le respect des droits de l'homme, afin d'apporter réparation aux victimes. Le dossier de la justice transitionnelle a été âprement discuté pendant les négociations de paix. Un corps spécial de juges sera créé pour les crimes les plus graves du conflit mais des juges étrangers n'en feront pas partie, contrairement à ce que prévoyait la première mouture de l'accord.

Désarmement

Enfin, le désarmement des Farc est réalisé à 60 %, annonce cette semaine la Mission des Nations unies pour la Colombie. Il devrait se conclure d’ici la fin du mois et coûterait in fine 643 millions de dollars. Il doit permettre le retour des combattants à la vie civile.

Toutes ces dépenses auront un effet positif sur la croissance de la Colombie, assure le ministère du Budget. Celui-ci estime que la paix avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie apportera en moyenne 0,3 point de croissance supplémentaire au PIB durant les 15 prochaines années.

avec AFP

► à (re)lire: Colombie: un nouvel accord, mais tout reste à faire

Chronologie et chiffres clés