rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Brésil Corruption

Publié le • Modifié le

Brésil: la ville de Rio gangrenée par la corruption, le carnaval menacé

media
De nombreuses écoles de samba ont menacé de ne pas défiler. Ici, l'école Estacio de Sa en 2016. REUTERS/Pilar Olivares

A Rio de Janeiro, ces derniers mois, les affaires de corruption s'enchaînent et parfois se télescopent, avec des coïncidences étonnantes, voire édifiantes.


De notre correspondant à Rio de Janeiro,

Depuis quelques jours, une information provoque une polémique au Brésil. En cause, le coût de l'organisation des Jeux olympiques organisés à Rio. Une enquête indépendante menée par l'agence de presse AP le chiffre à plus de 13 milliards de dollars. Une estimation bien supérieure aux sommes avancées par les autorités jusqu’à présent, alors que la justice enquête sur des surfacturations dans les grands projets d'infrastructure. Des contrats publics trop élevés, dont une partie aurait été reversée à plusieurs hommes politiques.

L'ancien gouverneur épinglé par la justice

Presque au même moment et après des mois de prison, l'ancien gouverneur de l'Etat de Rio de Janeiro Sergio Cabral a été condamné à 14 ans de prison pour corruption passive et blanchiment d’argent. Des dizaines de millions d'euros ont été détournés via des marchés publics truqués.

Sergio Cabral a toujours eu une réputation controversée. Vivement critiqué pour son train de vie extrêmement dépensier et ses fêtes mondaines, il a été finalement contraint à la démission. Sa condamnation n’a pas vraiment surpris. Les habitants de Rio semblent résignés, car les affaires de corruption révélées ces derniers mois ont montré comment elles avaient contaminé la vie politique et économique dans tout le pays et en particulier à Rio de Janeiro... La condamnation à 14 ans de prison de son ancien gouverneur est emblématique.

Le carnaval menacé par le maire

Aujourd’hui, les caisses de l'Etat de Rio sont vides, en partie en raison de cette corruption. Depuis des mois, les salaires des fonctionnaires, des professeurs, policiers et employés sont versés avec des mois de retard. La mairie de Rio a d’ailleurs annoncée qu'elle compte réduire ses subventions pour le prochain carnaval.

L'initiative a provoqué un tollé : le nouveau maire de la ville veut diviser par deux les financements publics qui sont attribués aux écoles de samba, pour qu’elles participent au célèbre défilé dans le sambodrome. Incontournable, le spectacle fait vivre des dizaines de milliers de personnes. De nombreuses écoles de samba ont menacé de ne pas défiler.

Le maire a motivé sa décision par la crise économique et les réductions de budgets obligatoires. Mais il ne cache pas son appartenance à l’Eglise évangélique, très conservatrice au Brésil. Il avait d’ailleurs déjà manifesté son opposition au défilé des paillettes et des corps dénudés dans les rues de la ville.

En attendant, les affaires de corruption continuent. La presse a révélé jeudi 15 juin que la police avait trouvé des indices qui prouveraient comment le président Michel Temer touchait des pots-de-vin via un proche, un ancien colonel, qui aurait payé les travaux de rénovation de la maison de sa fille.

Chronologie et chiffres clés