rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Colombie Religion

Publié le • Modifié le

[Reportage] Les musulmans colombiens et le ramadan

media
Des fidèles venus rompre le jeûne dans la mosquée de Medellin en mai 2017. Najet Benrabaa/RFI

Depuis le 27 mai, les musulmans du monde entier sont en mois de jeûne du ramadan. La Colombie n'échappe pas à la règle. La communauté musulmane s'organise chaque soir pour rompre le jeûne en famille ou entre fidèles. A Medellin, la mosquée de la ville prépare à manger pour environ 70 personnes. Une action assurée par des bénévoles et les dons des membres de la communauté qui compte 300 personnes en majorité des Colombiens convertis.


De notre correspondante,

Le mois de ramadan doit être celui de la générosité et de la piété. Pour tout musulman, cela signifie plus qu'un simple jeûne concernant l'alimentation. C'est ainsi, que la mosquée de Medellin a reçu des kilos de nourriture pour assurer un repas chaque soir à tous les fidèles qui n'ont personne avec qui partager ce mois de jeûne.

Située dans le quartier populaire de Belen dans le sud de la ville, cette mosquée est discrète, logée dans une maison à deux étages. Le bas est réservé aux hommes, le haut aux femmes. L'entrée est tapissée, tout comme l'ensemble des espaces de prières. Il n'y a aucun signe religieux à l'extérieur, seulement une pancarte qui annonce un centre culturel musulman. En cette après-midi d'été, des fidèles sont en train de prier pendant que des bruits de casseroles et de couteaux résonnent dans la cuisine. L'odeur de cuisson se hume depuis l'extérieur.

Une équipe de cinq personnes s'active. La préparation est supervisée par Farid ben Jaafar, un Tunisien installé en Colombie depuis dix-huit ans. « On arrive à la mosquée, tous les jours, à 15H pour préparer le repas. Il commence toujours par des fruits et une boisson, explique-t-il. Ici, on prépare une casserole d'aguapanela par exemple (une boisson colombienne à base de jus de sucre de canne). Ensuite, on cuisine une soupe. Aujourd'hui, elle est au poisson. C'est comme on dit à Medellin “un caldo”. Puis, on accompagne le tout avec du riz, des haricots rouges, et une salade ».

De la viande halal dans les repas

Il faut chaque jour trois heures de préparation pour nourrir entre 30 et 70 personnes. Ce soir, Farid et trois de ses camarades cuisinent 40 portions de poisson, entre 3 et 4 kilos de riz et plusieurs kilos de fruits. Le menu est plutôt « colombien », loin des stéréotypes du Moyen-Orient car la majorité des fidèles de la mosquée sont des Colombiens convertis. Mais, l'imam de la mosquée, un Libanais, confie que durant les premiers jours du ramadan, la rupture du jeûne s'est faite avec des dattes.

Farid ben Jaafar, un Tunisien, supervise la préparation des repas pour le mois de ramadan à la mosquée de Medellin. Najet Benrabaa/RFI

Concernant la viande, qui doit être halal, c'est-à-dire sacrifiée au nom de Dieu, la mosquée a son propre réseau. La ville ne dispose pas d'abattoir certifié halal. Un petit réseau via la firme Colanta permet de trouver de la viande dans trois supermarchés de Medellin. Mais cela est loin d'être suffisant. Alors, la mosquée s'investit dans le processus.

Farid explique qu'il fait lui-même le travail de sacrifice de la bête en accord avec les autorités municipales de Medellin. « Par exemple, demain, nous allons sacrifier un bœuf pour la préparation des autres repas. J'ai obtenu une autorisation spécifique pour entrer dans l'abattoir de Medellin. Nous y travaillons avec un boucher particulier qui nettoie le lieu où nous procédons au sacrifice de manière à ce qu'il ne soit pas contaminé par les autres viandes comme le porc. Puis, je réalise moi-même le sacrifice selon le rituel musulman là-bas. Ensuite, le boucher nous découpe la viande ».

Générosité durant tout le mois

Outre ce repas de rupture du jeûne quotidien, la mosquée réalise d'autres actions tout au long du mois de ramadan. Il y a quelques jours, ce sont 150 sacs de nourriture qui ont été distribués aux familles les plus démunies de Medellin. L'ensemble des donations venaient des membres de la mosquée. De même, pour marquer la fin du jeûne, une fête culturelle sera organisée le dernier jour avec des activités pour les enfants et un repas pour les familles. De quoi célébrer la fin de 30 jours de jeûne dans la joie et la bonne humeur. La fin du ramadan est prévue pour le 25 ou 26 juin prochain.

Chronologie et chiffres clés