rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Séisme: deux morts sur l'île grecque de Kos en mer Egée (presse)

Etats-Unis Santé et Médecine Education

Publié le • Modifié le

Etats-Unis: la fin des programmes salutaires de Michelle Obama

media
Michelle Obama s'était notamment engagée contre la malbouffe dans les cantines américaines. Ici à Washington, le 6 octobre 2015. REUTERS/Joshua Roberts

Deux initiatives de Michelle Obama ont été supprimées lundi 1er-Mai par l'administration Trump. Le programme « Les filles à l'école », qui finançait la scolarité de jeunes filles dans les pays en voie de développement, a été immédiatement abandonné et le ministre de l'Agriculture vient d'annoncer que les règles d'alimentation saine dans les cantines scolaires ne sont plus d'actualité.


De notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

« Les filles à l'école » était un programme auquel Michelle Obama tenait particulièrement. Les financements étaient privés, et avant de partir, l'ex-première dame avait laissé une provision de plusieurs millions de dollars pour garantir la pérennité des opérations en cours au Malawi, au Liberia, en Afghanistan ou au Laos. L'objectif était d'éduquer les familles sur les dangers du mariage précoce, et surtout de laisser les filles continuer leurs études. Mais la coopération américaine a appris lundi 1er-Mai que le programme était supprimé, sans autre forme de procès.

L'autre initiative de Michelle Obama qui sera abandonnée est la règle imposée aux cantines scolaires sur l'alimentation. Elle prévoyait moins de soda et de pizzas, du lait allégé, des plats peu salés, ou encore des céréales complètes. Mais le ministre de l'Agriculture a annoncé la fin de cette obligation.

Certains établissements se sont immédiatement félicités de la suppression de ce qu'ils estiment être un carcan réglementaire. Le même jour, des chercheurs de l'université John Hopkins mettaient en garde, encore une fois, sur les dangers et le coût de l’obésité chez les enfants.

Chronologie et chiffres clés