rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le groupe Etat islamique revendique l'attentat contre une mosquée chiite à Kaboul (communiqué)

Etats-Unis Donald Trump Immigration

Publié le • Modifié le

Décret migratoire: la Maison Blanche prête à aller jusqu’à la Cour suprême

media
Le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer en conférence de presse, le 16 mars 2017. REUTERS/Jonathan Ernst

Comme pour sa première version, le second décret immigration de Donald Trump a été bloqué en justice. Les juges estiment que l'intention reste discriminatoire, et inconstitutionnelle. La Maison Blanche affirme aujourd'hui qu'elle fera appel de cette décision, jusqu'à la Cour suprême si nécessaire.


Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

La Maison Blanche ne s'explique pas pourquoi le second décret sur l'immigration a pu être bloqué, si ce n'est pour des raisons politiques. « Ce deuxième texte était du sur-mesure après les attendus de la cour d'appel de Californie. Nous avons suivi toutes leurs recommandations, le décret n'avait aucune raison d'être rejeté », affirme le porte-parole, reprenant les propos de Donald Trump.

Le texte vise à interdire d'entrée aux Etats-Unis, pour trois mois, les ressortissants de six pays à majorité musulmane : Soudan, Somalie, Libye, Yémen, Syrie, Iran. « Nous explorons toutes les pistes pour défendre ce décret. Le danger est réel et la loi est claire. Le président a été élu pour changer notre système d'immigration qui ne fonctionne pas. Il va continuer à exercer son pouvoir constitutionnel pour protéger la nation », a prévenu Sean Spicer.

D'après les juges qui ont pris les décisions, l'explication du camouflet est à chercher dans les déclarations publiques des conseillers du président. Ces derniers ont expliqué que le second décret était « en tout point semblable au premier, mais sans langage offensif contre les musulmans ». Les magistrats ont répondu que si l'intention est la même, le blocage demeure.

La Maison Blanche a promis qu’elle ira jusqu'à la Cour suprême si le second appel ne leur donne pas raison. Mais l'instance est aujourd'hui divisée à égalité entre juges républicains et démocrates. Le président Trump souhaitera peut-être attendre la nomination du juge conservateur Gorsuch pour les départager. L'affaire risque de prendre des mois.

Chronologie et chiffres clés