rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Environnement archéologie Terre Société

Publié le • Modifié le

Les sociétés précolombiennes «architectes» de la forêt amazonienne

media
Une vue de la forêt amazonienne, au Brésil, dans l'Etat d'Amazonas, le plus grand du pays. REUTERS/Bruno Kelly/File Photo

La forêt amazonienne a été façonnée par les sociétés précolombiennes. Les Amérindiens qui ont vécu dans les forêts avant la découverte de l'Amérique par les Européens ont eu une influence bien plus grande qu'on ne le pensait sur la flore. Une étude internationale vient de montrer que les espèces d’arbres, domestiquées par l'homme et disséminées à travers le bassin amazonien avant 1492, occupent encore une place importante dans les forêts actuelles. Les résultats de cette étude sont publiés dans la revue Science, ce vendredi 3 mars 2017.


Cacaotiers, palmiers pinot, palmiers bâche : dans les forêts amazoniennes, des chercheurs ont trouvé de nombreuses espèces d'arbres introduites par l'homme, et ces arbres sont particulièrement abondants à proximités des sites archéologiques.

Jean-François Molino est écologue, c'est-à-dire spécialiste de l'impact des activités de l'homme sur son environnement, à l'Institut de recherche pour le développement (IRD). Il résume : « Ca remet en question un peu le mythe de la forêt amazonienne comme forêt vierge, intouchée par l’homme avant l’arrivée des Européens en Amérique. Ca prouve aussi que les densités de populations qu’il y avait au sein même du massif forestier amazonien étaient beaucoup plus importantes que ce qu’on peut voir actuellement ».

L'homme, principal destructeur de la forêt amazonienne aujourd'hui

Si l'homme a été l'un des architectes de la forêt amazonienne, il risque aujourd'hui d'être son principal destructeur : la déforestation, les constructions de routes et l'exploitation minière risquent de priver les populations amérindiennes de leurs ressources vitales. « Dans ces forêts, il y a des espèces utiles, notamment des espèces à fruits. Et si les forêts sont détruites par l’agriculture, par les barrages, etc., ça a des conséquences sur les ressources alimentaires de ces populations », rappelle Jean-François Molino.

Selon les ONG de protection de l'environnement, la forêt amazonienne se réduit à une vitesse vertigineuse : l'association Envol Vert a calculé qu'elle perd l'équivalent d'un terrain de football toutes les 7 secondes.