rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le groupe Etat islamique revendique l'attentat contre une mosquée chiite à Kaboul (communiqué)

Chili Catastrophes naturelles

Publié le • Modifié le

Chili: trois morts et des coupures d’eau massives après de fortes pluies

media
Des gens marchent le long d'une route ravagée par les inondations, le 26 février 2017. REUTERS/Stringer

Au Chili, la région de la capitale Santiago a été touchée par de fortes pluies qui ont débuté samedi 25 février et qui ont causé la mort de trois personnes. Dix-neuf personnes sont toujours portées disparues et l’agglomération de Santiago déplore également des coupures d’eau potable dans toutes les municipalités. Ces intempéries ont également provoqué le report de la rentrée des classes et la suspension de nombreuses activités.


Plus d’un million de foyers dans la région métropolitaine de Santiago, soit environ 5 millions d'habitants, sont à l’heure actuelle toujours privés d’eau potable. Les autorités et la compagnie qui gère la distribution de cette eau ne savent toujours pas quand il sera possible de rétablir le réseau.

La région de la capitale chilienne a été touchée dimanche 26 février par de fortes pluies. Un fait inhabituel au mois de février dans ce pays austral, c’est-à-dire en plein été. Les fortes chaleurs enregistrées ces deux derniers mois dans cette province ont asséché les terres et les versants de la précordillère des Andes qui entourent la capitale. Or, c'est de ces montagnes que vient l'eau qui approvisionne la capitale de sept millions d'habitants.

La quantité d’eau qui est tombée dimanche a tout emporté sur son passage. La terre et des pierres ont été se loger dans les réserves d’eau potable et dans le fleuve Maipo. Aguas Andinas, la compagnie qui gère le réseau de distribution d’eau, n’a eu d’autre choix que de couper l’approvisionnement, car cette eau n’est tout simplement plus potable.

Le gouverneur de la région de Santiago a même critiqué le manque d'investissements de cette entreprise face à cette situation d'urgence. Les autorités avaient pourtant obligé, dès l'an dernier, la compagnie à construire davantage de bassins d’eau.

Une grande partie des habitants de Santiago du Chili sont rentrés chez eux ce week-end après les congés d’été. Les autorités ont annoncé le report de la rentrée des classes qui devait se tenir cette semaine. Les autorités appellent également les entreprises qui ne peuvent garantir des conditions sanitaires suffisantes à suspendre, ou tout du moins restreindre, leurs activités.

En attendant le retour à la normale, la capitale compte près de 300 points d'eau potable. « La nature semble ne pas nous accorder de trêve », a déclaré la présidente Michelle Bachelet, face à ces pluies diluviennes, et après les pires incendies qu'ait connu le Chili il y a moins d'un mois, rapporte notre correspondante à Santiago, Laurie Fachaux.