rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Xi Jinping va rencontrer Trump les 6 et 7 avril 2017 aux Etats-Unis (Chine)
  • Arrivée du chef de l'ONU en Irak pour examiner l'aide humanitaire
  • Présidentielle France: «Jamais les juges ne pourront démontrer que l'emploi de mon épouse était fictif» (François Fillon sur RTL)
  • Logement en France: fin de la trêve hivernale vendredi et reprise des expulsions pour des milliers de familles
  • Suspecté de participation à un trafic de drogue, un procureur mexicain a été arrêté à la frontière américaine à San Diego (autorités)
  • Etats-Unis: un juge fédéral de Hawaï va étendre le blocage du décret migratoire Trump

Chili

Publié le • Modifié le

Chili: les mineurs en grève d'Escondida affichent leur détermination

media
La mine d'escondida, située à Antofagasta dans le nord du Chili produit environ 927 000 tonnes de cuivre par an, soit 5% de l'offre mondiale. REUTERS/Ivan Alvarado

La première réunion de médiation pour tenter de mettre un terme à la grève qui paralyse la mine chilienne de cuivre Escondida doit avoir lieu ce lundi. Une première rencontre avait été annulée du fait de la direction du groupe anglo-australien BHP-Billiton.


 

Au 11e jour de grève, la médiation entreprise par le gouvernement chilien, arbitre entre les 2 500 salariés de la mine et BHP-Billiton, le propriétaire, ne va pas être facile.

Les mineurs de la plus grande mine de cuivre du monde, Escondida, réclament une hausse de salaire de 7% et une prime de 39 000 dollars. Et ils semblent déterminés.

Déjà, en 2011, une grève de 14 jours avait paralysé la production et fait monter les cours mondiaux du cuivre. En effet, le Chili est le plus gros producteur mondial de cuivre avec un tiers de l'offre totale et la mine Escondida représente à elle seule 5% de l'offre mondiale.

Avant même le début de la grève, la menace d'arrêt de travail avait fin grimper les cours du cuivre de 12% en janvier. Or les grévistes affirment qu'ils sont prêts à poursuivre le mouvement pendant deux mois. Sur place, à 3000 mètres d'altitude dans le désert d'Atacama, les grévistes occupent le site par rotation de 1 250 personnes. Ils sont déterminés à tenir jusqu'au bout, unis derrière leur devise « vaincre ou mourir ».